Qu’est-ce qu’un fusible ? Comment le remplacer quand il est grillé ?

260
Partager :

Battre le fer quand il fait chaud : c’est une devise que j’aime et que je mets régulièrement en œuvre dans tous mes projets. Et cela s’applique également à ce blog depuis que j’ai récemment écrit un article sur la triphasée dans l’installation électrique domestique. Et dans ce post, j’ai parlé de briser neutre , car c’est un concept très important en trois phases.

Pour aller plus loin sur le sujet, j’ai demandé l’aide d’un membre de l’E-Team (Electron Libre) pour nous concocter un article sur la neutralisation.

A voir aussi : Annulation d'un vol en cas de grève de la compagnie aérienne ? Que faire ?

Remarque : Dans l’article, vous pouvez également lire « couper neutre », ce qui signifie la même chose.

La rupture du neutre, une séparation conséquente pour l’installation électrique :

L’ alliance entre le consommateur et le distributeur d’électricité est un mariage qui apporte à chacun des intérêts et attentes.

A découvrir également : Quelle marque utilise Verisure

Mais en cas de panne technique et mécanique sur le réseau filaire du neutre, les conséquences peuvent être destructrices pour le abonné.

La rupture neutre est une rupture de l’arrivée de ce soi-disant fil « neutre » en amont de votre disjoncteur ou compteur de distribution. Cela se produit donc au niveau du réseau, où qu’il soit en amont. La défaillance de neutre est alors la responsabilité et la responsabilité du distributeur d’électricité qui gère le réseau.

Mais l’arrêt du neutre peut également avoir lieu en aval à l’abonné, c’est-à-dire après le compteur ou après le disjoncteur général. Et cette coupure a aussi des conséquences.

Mais alors la responsabilité est différente : c’est l’installateur qui est responsable.

Une rupture neutre peut survenir avant ou après le compteur électrique. La différence est avant tout une question de responsabilité Notation supplémentaire : En fonction de l’âge des installations en France, le disjoncteur général a été fourni par l’EDF et est donc resté sa propriété.

Il devait être fourni plus tard par l’abonné dans la nouvelle construction et dans le cas de installation d’un compteur en cours de rénovation. Dans tous les cas, le couvercle supérieur de ce disjoncteur doit être plombé par l’EDF. Dans ce cas, seul le personnel autorisé peut intervenir (technicien EDF ou électricien agréé avec l’accord de l’EDF).

L’ aval de l’abonné commence à la sortie de ce disjoncteur général (TRI N ou mono PH N). Le remplissage reste une garantie. En cas de dommage lorsque le neutre est coupé, il peut être utilisé pour déterminer la responsabilité. (Vérifiez s’il est en place, sinon demandez au FED).

Un neutre pas aussi neutre que ça :

L’ électricité provient de diverses centrales électriques sur des réseaux câblés appelés PHASES . Ce sont des actifs de conducteurs.

Pour fermer un circuit, vous avez besoin d’une sortie nommée NEUTRALL’électricité est distribuée en trois phases, sur phases. Neutre est créé artificiellement plus tard au niveau des stations de traitement . Ce neutre est créé localement au niveau du traitement stations.

Le fil neutre est en fait seulement le potentiel de la terre qui permet de boucler ou de fermer le circuit électrique. Ce neutre est donc un bouchon de mise à la terre « spécial ».

Il ne faut pas confondre avec le circuit de la mise à la terre interne d’un logement, accessible à la fois à l’abonné et à l’électricien.

Ce réseau terrestre localisé est limité et relie les poids des appareils d’un logement et les connexions équipotentielles. Il est connecté par des fils et des câbles bicolores JAUNE-VERT spécifiques.

Pour comprendre les conséquences de la coupe du neutre, il est bon de connaître théoriquement les différents régimes appelés Neutre.

Le régime neutre de TT :

En France, le réseau appartient à EDF (et à ses différentes filiales depuis quelques années FEDER et Eneden).

À l’origine, EDF a choisi techniquement d’imposer le régime TT aux clients basse tension, afin de maîtriser les problèmes de neutralité pour les installations domestiques.

Il y a n’était pas question de laisser chaque abonné ou électricien le faire en leur demandant d’assurer la continuité de ce neutre.

Cela aurait eu des conséquences beaucoup plus dramatiques pour les utilisateurs finaux ainsi que pour l’ensemble du réseau EDF.

Le régime des AMT, TN-C ou TN-S et le régime des TI :

Les grands consommateurs d’électricité ont divers besoins monophasés et triphasés avec ou sans neutre, selon leurs moteurs et leurs gros appareils thermiques.

Les industriels sont directement alimentés en haute tension, en tension moyenne ou très haute tension par l’EDF pour leurs besoins.

Ces abonnés ont donc leur propre transformateur privé THT MT ou HT /BT 220/240v 380/400v jusqu’à 1000v le TBT (12/24/48v).

En raison de la diversité de leurs besoins, et afin de ne pas entraîner de coupures générales et intempestives qui bloquent leurs services et productions, le régime neutre est différent. C’est particulièrement le cas pour les hôpitaux, les grandes collectivités, les usines et les industries.

À ce niveau, les électriciens et électromécaniciens formés et certifiés peuvent intervenir en interne dans la société. Il peut également s’agir d’entreprises externes ayant des parties prenantes certifiées qui ont droit aux installations et y ont accès. Dans les deux cas, ils maîtrisent ces différents régimes neutres ainsi que des règles de sécurité strictes.

Nous limiterons ce sujet ici à l’approche TT pour l’installation électrique domestique.

La rupture de neutre à triphasé mais aussi monophasé :

Beaucoup pensent que la rupture du neutre en amont (EDF-FEDER) n’aurait des conséquences que dans le cas d’une alimentation électrique domestique triphasée. C’est une grave erreur.

Quel que soit votre régime alimentaire, monophasé ou triphasé, pensez en triphasé.

Pourquoi ?

L’ alimentation monophasée (Une phase et un neutre) à un boîtier provient du réseau transformé, qui, à son tour, est en trois phases (trois phases et un neutre).

Cela signifie que le FEDER distribue électricité sur différentes phases (3 phases) à ses différents abonnés en monophasé pour « équilibrer son réseau ».

La distribution triphasée à un transformateur aide à expliquer la rupture de neutre Cela se fait de la même manière qu’un abonné triphasé doit répartir et équilibrer les besoins selon les dispositifs connectés entre les 3 phases et le neutre au niveau de la table générale.

Mais… l’équilibre entre FEDER et FEDER en amont est difficile à réaliser : la consommation d’électricité reste variable à tout moment parmi les abonnés. Il est impossible de prédire l’équilibrage de phase en ignorant les habitudes de consommation des utilisateurs.

En fin de compte, vous êtes en commun avec vos voisins : La distribution triphasée du FEDER rend le fil neutre en amont d’un logement bien commun avec celui du voisin. C’est le cas dans une maison individuelle comme dans un collectif d’appartements. C’est également le cas pour un quartier entier connecté au même BT (Low Tension 220/400 Volt) station de transformateur de l’EDF-FEDER.

Coupe neutre, diagrammes et explications :

Voici les deux diagrammes correspondant à un réseau électrique triphasé normal au début, puis à un réseau avec une rupture du conducteur de neutre.

Dans le cas du réseau normal, les appareils électriques sont en parallèle :

  • La tension U reste la même que les bornes des appareils.
  • Les intensités I en ampères varient en fonction de chaque récepteur connecté.

Dans le cas d’une coupe neutre, les appareils électriques se trouvent en série :

  • Les tensions U aux bornes des appareils sont variables et sont ajoutées (40v et 360v) au total (400v).
  • L’ intensité I ampères est identique dans le circuit.

Considérez dans les deux diagrammes ci-dessus que chaque récepteur ou résistance présenté est un emplacement individuel sur le réseau EDF-FEDER.

La rupture de neutre (ici à la station de traitement) conduit à une série d’appareils . Il peut aussi s’agir d’un logement. Dans tous les cas, il est réglé en série entre deux phases (400v) et non plus en parallèle entre une phase et le neutre (220v).

Le principe élémentaire de la « loi Ohm » U=RXi s’applique alors pour expliquer la rupture de neutre.

Cause neutre, intensité et tension variables :

Cela variera les tensions et les intensités vers le haut ou vers le bas en fonction de chaque récepteur dans un logement. Mais c’est aussi le cas pour les voisins connectés sur le même réseau externe qui, eux aussi, souffrent cette rupture neutre en même temps.

En ce sens, le point potentiel du neutre se déplacera selon toutes les caractéristiques techniques électriques de tous les appareils connectés à l’ensemble du réseau. Soit des centaines ou des milliers de récepteurs en fonctionnement à ce moment-là. Certains de ces dispositifs seront directement affectés par la variabilité de la tension U et de l’intensité I.

D’ où la destruction des connectées et dispositifs d’exploitation. Cela peut conduire à des incendies et un danger direct électrique pour les utilisateurs.

NOTE : Ceci est valable tant en théorie que dans la pratique pour l’EDF-FEDER et l’abonné, si ce dernier, l’abonné, se trouve avec une rupture neutre en aval de son disjoncteur principal, s’il est alimenté en trois phases neutre.

Les conséquences destructrices des dispositifs restent les mêmes. Mais ils sont limités à son logement et à la sécurité de sa personne ou de sa famille seulement.

Normalement, les voisins restent connectés au neutre du réseau FEDER-FEDER qui n’est pas impliqué dans ce cas.

C’ est donc dans ce second cas l’abonné ou son électricien qui reste responsable des dommages résultant de la violation de la neutralité.

Conséquences de la rupture de neutre :

Nous pouvons maintenant déduire, selon l’endroit où le neutre est brisé, que les différentes conséquences et responsabilités juridiques diffèrent.

Rupture neutre en aval (abonné) :

Dans trois phase :

Comme déjà discuté, la rupture du neutre après le disjoncteur de connexion reste la même qu’une rupture du neutre en amont si l’abonné est en TRI N.

Mais les conséquences seront limitées localement à son domicile.

Les circuits triphasés (par exemple moteurs, chaudières électriques 220V/380 V) ainsi que les parties du boîtier alimentées par 220v domestique monophasé, seront détruits en fonction de leurs connexions.

Cela dépend du type de connexion en étoile ou en triangle des moteurs et des grands récepteurs thermiques dans TRI. Pour la partie monophasée, cela dépendra de l’équilibrage des phases et de la distribution des circuits monophasés sur chaque phase.

Monophasé :

Les risques sont plus faibles pour les appareils électriques monophasés (phase neutre).

En effet, en cas de rupture de neutre, ils sont ensuite alimentés par une phase sans neutre, et ne peuvent plus fonctionner.

Cela entraînera uniquement l’arrêt des récepteurs branchés immédiatement.

Attention en cas de panne électrique due à une rupture de neutre en monophasé : L’ absence du neutre n’empêche pas le conducteur de phase de rester actif, donc dangereux.

Cette information est valable pour les appareils électriques, les prises de courant ou au niveau du panneau électrique.

Répartition neutre en amont (réseau EDF) :

La défaillance du neutre sur le réseau EDF-FEDER peut se produire à différents endroits du réseau.

Les conséquences de la coupe du fil de neutre peuvent atteindre :

  • Un seul abonné.
  • Une partie limitée du réseau.
  • Tous les abonnés qui dépendent de la même station de transformation.

Pause neutre généralisée :

Un arrêt du neutre directement à partir de la station de transformation EDF-FEDER aurait des conséquences pour l’ensemble du réseau et les abonnés.

Cette ventilation est rare mais possible.

Cela est dû à un défaut technique de l’équipement dans la station ou une éventuelle erreur d’un technicien EDF – FEDER.

Rupture neutre localisée :

Un arrêt du neutre plus localisé sur le réseau d’alimentation de l’abonné est possible.

Et c’est le plus souvent le cas, en passant, parce que le réseau câblé est accessible à tout le monde à l’extérieur. Plusieurs événements peuvent provoquer cette panne de courant :

  • Un arbre couché sur la ligne.
  • Un poteau qui se casse.
  • Un acte délibéré.
  • Mauvais contact au connecteur Alu/Cuivre sur la ligne ou sur un poteau de rue.
  • Serrage incorrect des bornes en amont d’un vieux compteur EDF dans un boîtier.
  • Un accident qui coupe le neutre suite à l’installation d’un échafaudage par une entreprise ou suite au sablage d’une façade, etc…

Exemple de rupture de neutre dans divers endroits du réseau électrique :

  • Cause neutre au point A  : il s’agit d’une rupture neutre généralisée, comme expliqué ci-dessus.
  • À point B : Seule la maison 2 alimenté avec une alimentation monophasée est privée de puissance, sans endommager l’équipement connecté.
  • Cordure C : Toutes les installations triphasées ou monophasées situées en aval du système sont affectées et endommagées. Leurs dispositifs finissent par augmenter ou diminuer la tension et l’intensité.
  • Au point D : Au pied de la colonne montante d’un immeuble d’appartements collectifs, seul ce collectif est affecté. Les différents appartements sont fournis séparément sur les trois phases de l’équilibrage de la colonne montante du FEDER. Dans tous les logements, les appareils sont alors en tension et intensité.

Comment se protéger contre la rupture du neutre ?

L’ abonné ne peut pas agir mieux que le FEDER sur le réseau amont où il n’a aucun droit d’accès. Il ne peut être enregistré qu’en aval du compteur ou du disjoncteur général.

Disjoncteurs et protection du panneau électrique et rupture de neutre :

Les disjoncteurs, les disjoncteurs différentiels, les commutateurs différentiels qui sont imposés sur les cartes par le NF-C 15-100 en domestique, ne fournissent pas de protection des installations en cas de défaillance du neutre.

Ces systèmes jouent un rôle thermique et/ou différentiel lors d’une première coupure de défaut. Ils protègent la prise de terre interne du boîtier contre le court-circuit, la surcharge ou la fuite de courant vert.

Les systèmes de protection contre la foudre installés ne fournissent pas non plus de protection contre la rupture du neutre.

Il est donc nécessaire d’installer des protections spécifiques contre les coupures neutres.

Dispositifs spécifiques pour se protéger contre une rupture de neutre :

Il existe des systèmes de sécurité spécifiques pour se protéger de la rupture de neutre. Ce sont des relais triphasés ou des relais monophasés. Ils sont montés comme la tête de l’installation sur le panneau électrique général.

Ces protections répondent à la diminution et à l’augmentation du réseau tension et l’arrêt accidentel du neutre.

Ils sont rarement visibles dans les logements au niveau domestique.

Voici quelques références de relais de contrôle de tension pour vous protéger de la rupture de neutre :

Contrôle de tension monophasé :

  • Finder 70.11 (disponible ici).
  • Schneider RM17UAS15 (à trouver ici).

Contrôle de tension triphasé :

  • Finder 70.31 (disponible ici)

Exemple de relais de contrôle de tension qui protège contre une rupture de neutre Vérifications au panneau électrique (serrage des connexions) :

Il est conseillé de vérifier certains points au niveau d’une table de protection.

Ces contrôles doivent être réguliers :

  • Vérifiez l’activation mensuelle des systèmes différentiels (bouton « TEST » sur les interrupteurs différentiels).
  • Vérifiez le serrage correct des connexions électriques :
    • A la sortie du disjoncteur de connexion dans le panneau.
    • En amont et en aval des protections modulaires (disjoncteurs et autres équipements électriques).
    • Connexions électriques au sol.

Afin d’éviter tout problème de rupture du neutre, il est nécessaire de vérifier régulièrement le serrage des connexions électriques. Particulièrement au niveau des disjoncteurs Attention, le serrage des connexions doit être fait à l’aide de tournevis isolés, idéalement désactivés pour plus de sécurité.

Comment expliquer le déserrage des connexions électriques ?

Le fonctionnement de divers éléments modulaires sur une carte crée une action mécanique régulière et des vibrations.

Ces vibrations au fil du temps, peuvent agir sur les différentes pinces au niveau du matériau dans le panneau électrique. Ceux-ci comprennent les relais électriques, bobine, transformateur, sonnerie, minuterie, télerswitch, horloge, relais jour/nuit.

Les vibrations s’accumulent avec un autre effet, le passage de l’électricité à travers les connecteurs. Le courant électrique crée variations de température aux bornes et élargit le métal en jouant sur le serrage des vis futures.

Signes d’une rupture possible de neutre :

Voici quelques phénomènes qui peuvent nous faire penser à une coupe de fil neutre :

  • La lumière diminue ou augmente soudainement sur un appareil d’éclairage. C’est le signe possible d’un défaut neutre continu et d’une rupture neutre imminente.
  • L’ usure prématurée et régulière de vos ampoules devrait également vous défier.
  • Un moteur (en Tri, Tri N, Mono Ph N) dont la vitesse varie anormalement est le signe d’un problème neutre.

La coupure neutre n’est pas toujours directe sur un circuit, un mauvais contact peut être la cause.

Conséquence d’une rupture de neutre :

La rupture du neutre crée divers dysfonctionnements électriques et mécaniques des appareils connectés.

Alors que certains récepteurs peuvent supposer que la tension relative augmente et diminue (environ 20/40/50v), au-delà de l’opération est impliquée.

Dans de nombreux cas, à la suite d’une panne des neutres, certains équipements sont détruits. Cette destruction est similaire à ce que nous rencontrons dans le cas d’une installation électrique qui a pris la foudre.

Les gens peuvent également être menacés lors d’une rupture de neutralité ainsi que dans l’ensemble de l’habitation avec un risque d’incendie.

Dans le cas d’un appareil connecté en triphasé et monophasé :

  • Les récepteurs triphasés sont en principe équilibrés dans la production. Ils sont « parfois » moins probables, mais leurs circuits de commande monophasés souffrent plus rapidement.
  • Les circuits sensibles comme tous les récepteurs électroniques souffrent très rapidement (télévision, ordinateurs, veilleuses d’appareils et systèmes électroniques sur appareils électroménagers…).

Si vous craignez une rupture neutre, il est sage de les éteindre et de les éteindre lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Éteignez les appareils, une solution pour protéger contre la casse de neutre Neutre, qui est responsable ?

Il est d’abord nécessaire de vérifier les dommages si la coupure neutre est bien en aval ou en amont du disjoncteur général par l’EDF.

Pour chaque cas :

Briser le fil de neutre sur le réseau :

Le distributeur et ses compagnies d’assurance assument une rupture du point de vue neutre sur le réseau EDF-FEDER en amont.

L’ abonné sera rémunéré.

Surtout si cette coupure neutre est plus ou moins générale sur un réseau ou sur une partie du réseau. Plusieurs maisons sont alors touchées, il n’y a pas de litige dans ce cas.

Coupe neutre chez l’abonné :

Une rupture de neutre après le disjoncteur général à l’abonné reste sa responsabilité.

Pour un locataire, c’est bien sûr le propriétaire du logement de l’assumer.

Si l’installation a été effectuée par un électricien professionnel, cette violation de neutre peut impliquer la responsabilité de l’électricien.

Attention, cela doit être vu au cas où aucun cas. Mais dans de nombreux cas, la rupture de neutre est soumise à discussion avec les assurances.

Tag : couleur de sapin de noel

Partager :