Comment devenir un ostéopathe professionnel ?

151
Partager :

Depuis votre plus jeune âge, l’ostéopathie vous a toujours passionné. Mais avant de faire vos preuves, il faut suivre une formation de 5 ans dans un établissement agréé par l’État et le ministère de la Santé pour obtenir un diplôme d’ostéopathe. Si vous souhaitez devenir un praticien professionnel et légal, voici les points clés qu’il faut savoir à ce sujet.

La réglementation du métier d’un ostéopathe

A lire également : Les bienfaits thérapeutiques du cannabis

L’ostéopathie n’est pas une profession de santé au sens du terme. Sur le plan de la réglementation, en fait, c’est un titre. Vous devez au moins être titulaire d’un baccalauréat avant de suivre la formation proprement dite. D’ailleurs, il existe trois types de formation pour devenir un ostéopathe : la formation initiale à temps plein, la formation à temps partiel et la formation universitaire réservée uniquement aux personnes titulaires d’un diplôme en médecine.

Tous les ostéopathes doivent enregistrer leur diplôme auprès de l’ARS ou de l’Agence Régionale de Santé du département d’exercice. Pour faire légalement usage de leur titre professionnel, les futurs ostéopathes doivent avoir un numéro ADELI (Automatisation Des Listes). Tous les ostéopathes autorisés y sont répertoriés. La liste des écoles agréées est visible sur le site du SFO ou Syndicat Français des Ostéopathes.

A voir aussi : Tramadol : faut-il se méfier de cet antidouleur ?

Comment se déroule la formation ?

Comme vous le savez, l’ostéopathie est une activité qui vise à rechercher les restrictions de mobilité qui affectent le corps humain. Cette pratique manuelle s’effectue au niveau des articulations, des muscles, les viscères, des ligaments et même du crâne. L’ostéopathe redonne la capacité au corps pour qu’il puisse retrouver son équilibre.

Pour pouvoir exercer cette activité libérale, vous devez d’abord passer votre diplôme d’ostéopathe (DO) pour devenir ostéopathe. Après avoir obtenu le bac, la formation dure environ 5 ans au sein d’un établissement reconnu par l’État et le ministère de tutelle. La loi encadre les études. Vous aurez des études reparties sur 4860 heures avec 7 domaines d’enseignement et 1500 heures de pratique. Bien évidemment, vous devez rédiger un mémoire de fin d’études.

La pratique clinique se divise en trois phases bien distinctes : l’observation, l’apprentissage progressif et l’acquisition avec la réalisation de manipulation en dernière année d’étude. Quand vous aurez fini ce cursus, vous obtiendrez votre diplôme qui atteste votre professionnalisme. Par conséquent, vous pouvez jouir du titre d’ostéopathe.

Les qualités requises pour devenir un ostéopathe

Le meilleur moyen pour gagner de l’argent dans ce métier prometteur est de développer le « bouche — à-oreilles » avec des gens qui peuvent passer les informations comme le postier, la coiffeuse ou encore le boulanger. Un bon ostéopathe est tout de suite reconnu par la qualité de ses soins et sa relation avec les autres médecins. Mais en vain, l’ostéopathe n’a pas le droit de faire de la publicité tandis que le docteur ne peut pas être prescripteur d’un ostéo.

La majorité des ostéopathes exercent leurs activités en libéral dans un cabinet privé. Cela n’empêche que ce métier est en hausse dans les clubs sportifs, les maisons de retraite, les hôpitaux et cliniques privées. Plusieurs centres de soins et entreprises adoptent cette pratique et recrutent des médecines-ostéopathes diplômées.

En outre, il faut avoir des qualités particulières pour réussir à être un ostéopathe en entreprise. Il faut avoir de la sensibilité, de la patience, de l’empathie et avoir le sens de l’écoute. Le praticien doit avoir la capacité à mettre en confiance son patient. De plus, il doit savoir s’effacer et retenir sa parole. Enfin, son approche doit être holistique.

Concernant les tarifs appliqués, ils restent variables et dépendent entièrement du lieu d’installation et de l’expérience du praticien. Généralement, un ostéopathe facture ses prestations entre 50 à 90 euros pour une séance.

Partager :