Immobilier : comment changer de syndic de copropriété ?

104
Partager :

Disposer d’un syndic professionnel ou non, facilite énormément l’administration des copropriétés. Un bon syndic a la capacité de procéder à une excellente expertise, ainsi qu’à une bonne administration des charges collectives. La seule condition pour en arriver là, c’est en faire le bon choix. Ainsi, si les services de votre syndic actuel ne vous agréent pas, vous avez la possibilité d’en changer. Cela peut même être la solution pour apporter un plus à la qualité de vie des habitants et copropriétaires de votre immeuble. Découvrez alors dans cet article comment procéder à un changement de syndic de copropriété.

Quand doit-on changer de syndic de copropriété ?

S’il faut s’en tenir à la loi Alur qui statue sur les logements ainsi que l’urbanisme rénové on constate que le conseil syndical de n’importe quelle copropriété doit changer de syndic tout au moins chaque trois ans. Cela implique donc que la durée maximale d’un mandat de syndic est de trois ans. Il est de ce fait possible pour le conseil syndical de comparer les différents tarifs ainsi que les prestations pendant ce temps. Toutefois, ce sera à la fin du contrat que le conseil désignera un nouveau syndic.

Lire également : Trouver un appartement à Paris en 5 étapes clés

Puis, en général les mandants disposent normalement d’une durée courante d’un an. Toutefois, ils ont la possibilité d’aller jusqu’à trois ans. D’où cette obligation qui est définie par la loi.

Sous quelle condition changer de syndic ?

L’une des raisons courantes pour lesquelles une copropriété décide de changer de syndic, c’est généralement parce que le contrat qui lie ce syndic à la copropriété arrive à sa fin. Toutefois, certaines situations peuvent inciter les copropriétaires à changer de syndic. Pour ce faire, il suffit de convoquer une assemblée générale extraordinaire et de mettre à l’ordre du jour une résolution de changement de syndic.

A lire en complément : 5 conseils pour dénicher le logement de ses rêves

Ensuite, il arrive que ledit syndic ne soit simplement pas assez efficace, ou que ce dernier ne remplisse pas ses fonctions, ou encore, qu’il soit fautif dans son travail d’administration. Dans ce type de situation, il peut être révoqué. D’ailleurs, les copropriétaires devraient à cet effet, souscrire à une assurance afin de couvrir les risques ou dommages que pourront subir l’immeuble, ainsi que les cas de responsabilité civile.

Comment procéder au changement de copropriété ?

Le changement de copropriété se fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, le conseil syndical va procéder à une comparaison des prestations de chacun des professionnels afin d’en choisir les meilleurs. Ensuite, avant la fin de son mandat, le syndic va convoquer l’assemblée générale pour que l’élection de celui qui sera le nouveau syndic puisse être inscrite à l’ordre du jour.

L’on procède enfin à un vote durant lequel les membres de l’assemblée générale pourront désigner le projet qu’ils souhaitent, et ce, à une majorité absolue. Au cas contraire, tout est reporté pour les prochains trois mois.

Il faut rappeler que le prochain syndic peut être un syndic non professionnel. Dans ce cas, on parlera du syndic coopératif qui est d’ailleurs un très bon type de syndic, reconnu pour sa légitimité.

Partager :