Les outils thérapeutiques dispensés en ostéopathie

1711
Partager :

En principe, notre corps fonctionne comme une machine et elle doit être traitée comme telle. Elle peut s’abîmer tout comme elle peut rencontrer des difficultés techniques à accomplir certaines actions. Donc il faut veiller constamment sur son fonctionnement lorsqu’on l’utilise.

Car dans des cas divers, des zones peuvent présenter des problèmes lorsque l’on effectue tel ou tel mouvement. Comme c’est le cas de notre dos. Parfois il se coince parfois il se disloque complètement. On peut ressentir des douleurs intenses. Et c’est dans ce genre de situation qu’entre en vigueur la mise en pratique de l’ostéopathie.

Lire également : Herbalife France : comment perdre du poids ?

Une pratique commune

L’ostéopathie est une pratique pouvant être exercée par un ostéopathe en toute urgence si la douleur est insupportable. Généralement si le cas est vraiment considéré comme tel. L’ostéopathe est une personne qui va utiliser des techniques manuelles pour gérer ou faire disparaitre les douleurs le plus rapidement possible.

A voir aussi : Comment devenir un ostéopathe professionnel ?

L’ostéopathie est devenue une pratique très commune. D’ailleurs, elle a connu le jour depuis des milliers d’années mais sous une autre forme. Il faut attendre un peu plus tard pour que l’on puisse vraiment appeler cette pratique ostéopathie.

Les principes de base

Cette pratique s’organise autour de quatre principes de base au total. Pour le premier point, on considère que le corps est composé de plusieurs structures qui ont des fonctions physiologiques données. A chaque structure donc on attribue une fonction.

Le second point met en avant le concept d’interrelations et d’unité entre les différentes parties du corps. Rien ne va vraiment tout seul car tous est liés entre eux. Ce qui donne l’être humain dans sa globalité. Et c’est là que l’on met vraiment en évidence le lien existant entre la structure et sa fonction.

Le troisième point se base sur le principe d’auto-guérison. Le corps est un miracle à lui tout seul car sa constitution lui permet de s’auto-guérir. Cela est mis en exergue à travers les systèmes de réparation, de défense, compensation et d’adaptation.

On peut alors se référencer à une génération continuelle pour que le corps soit toujours complet et fonctionner correctement. Et enfin, nous avons le rôle de l’artère. Il est dit alors que toute structure somatique non atteinte d’une lésion organique est en mesure de fonctionner normalement. Ce sont ces concepts se basant sur quatre principes que l’on appliquera à l’anatomie et à la physiologie humaine qui sont les bases même de l’ostéopathie.

L’utilisation des mains

L’ostéopathie se base sur le fait que l’action effectuée sur les différents systèmes du corps passe par un lien physiologique majeur qui est le système nerveux. Les informations sont alors diffusées dans toutes les parties du corps.

L’ostéopathe pratique alors la guérison par la manipulation manuelle en utilisant des techniques bien précises. Il faut que le praticien ait alors les compétences nécessaires au risque de causer d’autres problèmes sur le corps. Si cette technique n’est pas totalement maitrisée alors les dangers peuvent être graves. La manipulation manuelle doit être donc très professionnelle dans le but de régler totalement le problème.

Les outils thérapeutiques

On met en avant différents outils thérapeutiques dans le cadre de la pratique de l’ostéopathie. Mais on considère principalement les suivants : les techniques de mobilisation articulaire passive lente, les techniques de mobilisation articulaire mixte, celles actives, les techniques réflexes, les techniques liquidiennes sans manipulation ainsi que les techniques psycho-cognitives.

Mais dans certains cas, on fait également référence à des pratiques dites non forcées, structurelles et viscérale. Toutefois ces dernières ne sont pas tout à fait reconnues car des débats sont toujours chauds à ce propos.

Les différents types d’outils utilisés en ostéopathie

Les outils thérapeutiques en ostéopathie sont nombreux et variés. Ils ont pour objectif d’aider le praticien à soulager les douleurs du patient, tout en lui permettant de retrouver une mobilité optimale. Ces outils se divisent en plusieurs catégories : les outils manuels, les techniques instrumentales, les exercices pratiques ainsi que la médecine alternative.

En ce qui concerne les outils manuels, ils sont généralement utilisés pour mobiliser des tissus ou des articulations afin de leur redonner de l’amplitude dans leurs mouvements. Les techniques instrumentales, quant à elles, consistent souvent à utiliser un appareil spécifique afin d’appliquer une pression sur une zone précise du corps. Par exemple, le pistolet Neurophysiologique Percussion (PNP) est un dispositif électronique servant à appliquer des vibrations profondes aux tissus musculaires.

Les exercices pratiques peuvent aussi être employés lors de séances d’ostéopathie pour aider le patient à renforcer ses muscles affaiblis ou encore améliorer sa posture globale. Certains ostéopathes font usage de méthodes alternatives comme l’hypnose ou la sophrologie pour accompagner leurs patients dans leur guérison.

Pensez à bien noter que chaque type d’outil doit être adapté au profil et aux besoins individuels du patient. L’ostéopathe devra donc s’appuyer sur son savoir-faire et son expérience professionnelle afin de déterminer quelle méthode sera la plus efficace selon chaque cas particulier.

Les limites et précautions à prendre lors de l’utilisation des outils en ostéopathie

Bien que les outils utilisés en ostéopathie soient efficaces dans la plupart des cas, il faut prendre certaines précautions afin d’éviter toute complication ou risque pour le patient.

Il faut rappeler que l’utilisation des outils thérapeutiques doit être effectuée par un professionnel formé et qualifié. Effectivement, une mauvaise manipulation ou utilisation peut entraîner des effets secondaires indésirables tels qu’une aggravation de la douleur ou une dégradation du fonctionnement musculo-squelettique.

Il faut évaluer l’état physique et psychologique du patient avant toute intervention. Il devra notamment vérifier si ce dernier souffre d’une pathologie chronique qui pourrait contre-indiquer l’utilisation de certains outils comme les instruments instrumentaux.

Certains patients peuvent présenter des réactions allergiques à certains composants utilisés lors des séances d’ostéopathie (huiles essentielles par exemple). Le praticien devra donc s’assurer au préalable que son patient ne présente pas cette allergie avant toute application.

Bien que rares, quelques complications ont été signalées chez certains patients suite à l’utilisation de ces différents outils. C’est pourquoi il est primordial pour tout ostéopathe professionnel de connaître parfaitement les limites liées à chaque technique étudiée pendant sa formation ainsi que leur potentiel dangerosité si mal utilisées.

Même si les outils thérapeutiques dispensés en ostéopathie sont efficaces et sans danger dans la majorité des cas, il est nécessaire pour le professionnel de santé d’être attentif à toute réaction ou complication qui pourrait survenir chez son patient. Aussi, rappelons que l’ostéopathie ne doit pas être considérée comme une alternative complète aux traitements médicaux conventionnels mais plutôt comme un complément à ces derniers afin d’aider les patients atteints de troubles musculo-squelettiques chroniques à retrouver leur mobilité et leur confort au quotidien.

Partager :