Comment avoir le permis de résidence en Suisse ?

416
Partager :

Travailler en Suisse depuis plus de 4 mois

Toute personne souhaitant travailler et vivre en Suisse pendant plus de 4 mois doit obtenir un permis de travail. Le premier article de cette série de blogs en deux parties sur les permis de travail suisses donnait un aperçu et examinait les permis de travail d’une durée maximale de 4 mois.

Ce deuxième article se concentre sur les conditions auxquelles une personne doit satisfaire lorsqu’elle demande un permis de travail en Suisse pour travailler pendant une période de plus de 4 mois (permis L ou B). Il met en lumière les différences entre les ressortissants de l’UE/AELE et ceux qui ne sont pas ressortissants de l’UE/AELE et aborde les étapes de la procédure de demande de permis de travail.

A lire en complément : Quels sont les avantages d’un four à vapeur ?

Permis de travail UE/AELE

Permis et exigences

Les ressortissants de l’UE/AELE ont accès à une procédure plus simple pour obtenir un permis de travail suisse. De en fait, l’accord sur la libre circulation des personnes leur confère un droit effectif à l’obtention d’un permis de travail. En d’autres termes, tout citoyen de l’UE/AELE qui peut prouver son identité, a un domicile en Suisse et un contrat de travail valide pour travailler en Suisse recevra un permis de travail.

Deux permis de travail différents peuvent être délivrés aux ressortissants de l’UE/AELE :

A voir aussi : Critères pour bien rédiger une annonce femme pour femme

La licence L-EU/AELE

  • Le permis L-EU/AELE est délivré pour un contrat de travail d’une durée comprise entre 3 et 12 mois et est lié à la durée de l’emploi. Ce permis peut être prolongé jusqu’à 12 mois.
  • Par exemple, si un citoyen allemand signe un contrat de travail avec une entreprise zurichoise pour une période de 6 mois, les autorités zurichoises lui accorderont un permis de travail valable 6 mois mois à compter du début de sa période d’emploi, qui peut, par exemple, être prolongée de 3 mois supplémentaires si l’employeur décide de prolonger le contrat de travail pour cette période.
  • Les chômeurs à la recherche d’un emploi en Suisse peuvent obtenir un permis L-EU/AELE pour une durée maximale d’un an. Veuillez noter que ce congé spécial ne donne pas droit aux prestations de sécurité sociale.

Le permis B-EU/AELE

  • Le permis B-EU/AELE est accordé aux personnes ayant un contrat de travail valide pour une période déterminée d’au moins un an ou pour une durée indéterminée. Le permis B-EU/AELE est accordé pour une période de 5 ans et peut être prolongé pour des périodes supplémentaires de 5 ans.

Procédure

La procédure est très simple. Le demandeur doit contacter directement l’autorité cantonale correspondant, qui fournit généralement une plate-forme en ligne pour démarrer le processus. À Zurich, par exemple, le demandeur de permis doit s’inscrire sur la plateforme cantonale, transférer les informations requises et prendre rendez-vous avec l’autorité.

Afin d’éviter les difficultés logistiques imposées par la nécessité d’avoir une résidence en Suisse pour postuler à un emploi Afin d’éviter les difficultés logistiques imposées par la nécessité d’avoir une résidence en Suisse pour demander un permis de travail, les ressortissants de l’UE/AELE peuvent demander aux autorités : vérifier leur demande à l’avance et s’assurer qu’ils obtiendront un permis une fois qu’ils auront obtenu leur résidence en Suisse. Le demandeur doit expliquer sa situation et présenter des plans concrets pour établir son domicile en Suisse. Dans la pratique, cela peut être fait par exemple avec un contrat de pré-location.

Le sauf pour les ressortissants croates

La Croatie n’étant pas actuellement totalement intégrée à l’UE, ses citoyens doivent satisfaire à des exigences supplémentaires pour obtenir un permis de travail suisse. Ce régime est transitoire et prendra fin avec l’intégration complète de la Croatie dans l’UE d’ici 2027 .

Les ressortissants croates doivent satisfaire aux conditions imposées par les articles 20 à 24 du LEI , mais sont dispensés de satisfaire aux exigences de l’article 23 du LEI. Les détails de ces exigences seront fournis ci-dessous.

Permis de travail en dehors de l’UE/AELE

La principale différence entre les ressortissants de l’UE/AELE et les ressortissants d’États non membres de l’UE/AELE réside dans le fait que ces derniers n’ont pas le droit d’obtenir un permis de travail suisse, car le nombre de permis disponibles par an est limité par ley.

réquisition

Los requisitos para los nacionales no pertenecientes a la UE/AELC se indican en el IPJ :

Médias (cuotas)

Limitation de 20 LEI para

trabajadores autónomos
X X
21 IPJ- Ordre de priorité

class= »has-text-align-center » data-align= »center »>X
22 LEI- Condiciones de trabajo y trabajo X
23 LEI- Qualifications personnelles X X
24 LEI — Logement X X

Cotes

  • Comme ci-dessus, le nom de l’autorisation de travail disponible pour un est limité pour la loi. Si vous recherchez des détails supplémentaires sur odds, consultez notre premier article (ajoutez un lien).

Ordre de priorité

  • La règle de priorité stipule qu’un ressortissant d’un pays non membre de l’UE/AELE ne peut pas se voir accorder un permis de travail si le poste celui pour lequel vous postulez pourrait avoir été attribué à un résident suisse ou à un ressortissant de l’UE/AELE.
  • Le système de priorité mis en place est le suivant :
    • Employé en Suisse (= ressortissants suisses, personnes titulaires d’un permis de travail suisse valide)
    • Les ressortissants de l’UE/AELE
  • Les ressortissants de l’UE/AELE

  • En pratique, et pour se conformer à cette exigence, l’employeur doit démontrer que
  • annoncé à la fois chez les ressortissants et les ressortissants de l’UE/AELE et qu’aucun candidat de ces deux groupes n’aurait pu être apte au poste attribué au demandeur du permis.

Rémunération et conditions d’emploi

  • Le salaire et les conditions de travail (vacances, heures de travail, etc.) dans lesquels le demandeur de permis sera employé doivent être adaptés à l’utilisation locale dans le secteur et à l’occupation du poste vacant.

Qualifications personnelles

  • Le le demandeur de permis doit être hautement qualifié. Cette notion couvre en particulier les spécialistes et les cadres supérieurs. En pratique, un critère clé est le salaire : le fait que le demandeur du permis gagne un salaire élevé indique des qualifications élevées.
  • Les compétences professionnelles, sociales et linguistiques du demandeur de permis doivent indiquer qu’il existe une perspective d’intégration durable sur le marché du travail suisse, ainsi que dans l’environnement social.
  • Des exceptions à ces exigences personnelles peuvent notamment être acceptées si le demandeur de permis est un entrepreneur dans le but de créer des opportunités d’emploi en Suisse.

Logement

  • Le demandeur de permis doit disposer d’un logement convenable en Suisse, y compris suffisamment de chambres pour les membres de sa famille qui peuvent le rejoindre.

Permissions

Deux permis sont disponibles pour les ressortissants de pays non étatiques appartenant à l’UE/AELE dans les conditions décrites ci-dessus : permis L et permis B (en dehors de l’UE/AELE).

Le permis L est accordé pour une durée maximale d’un an et peut être renouvelé pour des périodes supplémentaires d’un an. Le permis L est accordé lorsque le demandeur de permis a signé un contrat de travail de moins d’un an. Dans ce cas, le permis est délivré pour la même durée que le contrat de travail. Dans la pratique, les autorités peuvent également accorder des permis L à un demandeur de permis qui a signé un contrat de travail à durée indéterminée avec une start-up. La raison en est que l’autorité veut s’assurer que la start-up se développe conformément à son plan d’affaires pour les prochaines années avant de délivrer un permis B au salarié.

Le permis B est accordé pour une période d’un an et peut être renouvelé pour des périodes supplémentaires de deux ans. Contrairement au le permis L, le permis B est accordé pour permettre aux candidats ayant signé un contrat de travail à durée indéterminée avec une entreprise suisse. L’un des avantages d’un permis B est qu’il permet à la famille du demandeur de permis de travailler en Suisse sans avoir besoin d’un permis supplémentaire.

La durée du permis accordé à un demandeur de permis indépendant dépend du projet professionnel soumis à l’autorité compétente.

Procédure

abord, l’employeur du demandeur de permis doit présenter une demande auprès de l’autorité cantonale compétente au siège de l’entreprise. Un questionnaire détaillé doit être fourni à l’autorité pour démontrer que les conditions ci-dessus sont remplies. L’autorité cantonale prend ensuite une décision préliminaire Tout d’ .

Si cette décision préliminaire est positive, l’autorité cantonale renvoie le dossier à Secrétaire d’État aux Migrations (« SEM »), qui prend une décision finale sur l’octroi du permis de travail. Au cours de son évaluation, SEM peut demander des informations ou des documents supplémentaires à la fois à l’employeur et au demandeur de permis. Le SEM n’est pas lié par la décision cantonale préliminaire .

Si le SEM accorde le permis de travail, l’autorité cantonale délivre une autorisation de retrait du visa d’entrée en Suisse. Le demandeur de permis devra récupérer le visa auprès de l’ambassade suisse la plus proche. L’ensemble de la procédure prend environ deux à trois mois .

Alors, le permis de séjour ?

Comme mentionné, les permis B doivent être renouvelés chaque année, tous les deux ans ou tous les cinq ans respectivement, et le demandeur de licence doit répondre aux exigences de la licence. La seule façon d’éviter ce fardeau consiste à passer à un permis de séjour permanent, c’est-à-dire à un permis C.

Pour obtenir un permis C, une personne doit avoir vécu 10 ans en Suisse avec un permis L ou B et les 5 dernières années doivent avoir été pour une période ininterrompue. De plus, le demandeur de licence doit être intégré et parler au moins une des langues officielles. Le critère d’intégration est vague et dépend de plusieurs aspects, tels que la vie personnelle et professionnelle du demandeur de licence. Exceptionnellement, et pour des raisons valables , un permis C peut être accordé après un séjour plus court en Suisse.

Il est important de noter qu’il n’y a aucune différence entre les ressortissants de l’UE/AELE et les ressortissants de pays non membres de l’UE/AELE en ce qui concerne les exigences relatives à l’octroi d’un permis C et les droits associés aux permis accordé. Dans tous les cas, le permis de séjour permanent est accordé pour une période de 10 ans et peut être renouvelé pour des périodes supplémentaires de 10 ans.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Demander et obtenir un permis de travail suisse peut être difficile et il est facile de se perdre dans le dédale des réglementations et des exigences administratives.

Merci pour votre lecture et nous espérons que cette série de blogs vous a fourni des informations utiles lorsque vous avez décidé de demander un permis de travail en Suisse.

Si vous avez d’autres questions, nous sommes à portée de clic ou par e-mail. Vous pouvez simplement réserver un appel sans frais avec nous ou essayer notre outil d’évaluation gratuit pour les non-citoyens de l’AELE.

Partager :