Quelles aides pour les familles monoparentales ?

57
Partager :

A lire en complément : Comment savoir qui aime le plus dans le couple ?

  • Et si je suis une mère ?

Bien sûr.

A lire aussi : Les questions drôles à poser en famille

  • Et si je suis une femme ?

Aussi.

Mais je l’oublie.

  • Tu as oublié quelque chose ?

C’ est quoi d’être une femme ? Pas le temps d’y penser.

« Pas le temps », « Je suis fatigué », « Je suis seul, « Je cours », « Je ne peux pas, j’ai l’enfant à la maison »… Tant de mots qui peuvent être trouvés dans la bouche de nombreux parents, mais peut-être encore chez les parents célibataires. Pourquoi ? Qui sont-ils ?

Aujourd’hui, 1 famille sur 5 est un parent monoparentale

C’ est en 1976 que la parentalité individuelle en France devient une catégorie reconnue par l’Autorité avec la création de l’allocation de rééducation. Depuis lors, l’augmentation a été exponentielle. Le parent célibataire touche deux familles sur 10 et dans 85 % des cas, la mère est le chef de famille .

Au total, plus de trois millions d’enfants de moins de 25 ans sont élevés soit par leur père, soit par leur mère . Ce visage de recrutement de la famille occidentale reflète la libération de la morale en même temps que l’érosion d’un modèle.

Maman solo, père solo. Solos en tout cas. C’est, en fait, un endroit spécial : celui du « parent isolé » ou la célèbre boîte « T », que certains n’ont pas à cocher sans amertume et rappeler dans leur déclaration de revenus. Si, d’une part, vous pouvez croire que cette case a ces avantages fiscaux « arrangé », il faut souligner qu’il est profondément troublant.

Les parents célibataires vivent seuls, célibataires, sans vivre ensemble, pas de vitesse ou mariés à un (s) enfant (s) à charge. Il a peur de rester seul, de s’épuiser, de ne pas y arriver. En outre, il interfère avec les codes sacrés de la famille dite nucléaire avec la triade papa-mère-enfant.

Les parents sont souvent pauvres et sous pression

Le parent célibataire s’empare de tout et prend le contrôle de la vie quotidienne seul. Il connaît rarement la répartition des tâches et la répartition des rôles. Il est donc plus vulnérable aux pressions durables et tout cela avec un seul revenu.

Donc, fournir une baby-sitter est beaucoup plus luxueux que habitude. La preuve en est l’appauvrissement des familles avec des parents immorants : selon l’INSEE, 33% des parents seuls vivaient au-dessous du seuil de pauvreté , et beaucoup d’entre eux avaient des conditions de logement plus que précaires (appartements trop petits, quartiers défavorisés…).

On ne peut nier que la monoparentalité, couplée à la précarité, est un facteur de vulnérabilité, bien que cette forme d’éducation soit de moins en moins expérimentée ou même désirée. Après tout, si un choix conduit à la perte, alors dans ce cas il y a assez pour perdre votre pied.

Être isolé signifie prendre vos propres décisions

Les points de repère sont flous et prend la place du père et de la mère dans la construction mentale de la enfant dehors. Il s’agit de se détacher des « re-pères » habituels pour s’adapter, réinventer Un facteur de vulnérabilité . C’est donc l’idée de la famille qui apparaît. Nous ne disons plus « famille », mais « familles ». Et le parent célibataire est une famille en tant que telle, ni « mutilée » ni « incomplète ».

Cependant, prendre cela en compte signifie se débarrasser du poids de l’idéal, un poids qui est plus transformationnel avec la « famille », comme un symbole qui reste fortement imprégné d’héritage religieux . Les manifestations contre le mariage pour tous et contre les PMA sont protestées contre le mariage. À cet égard, il convient de noter que le mot famille vient de la famille latine, des habitants de la maison, de Famulus, le serviteur, mais aussi de la famille latine, ce qui signifie l’appel ou le fait d’être connu.

Il est sans oublier qu’une bonne réputation est plus de reconnaître les intérêts de l’enfant (et avec lui le bien-être des parents) que d’adhérer à une norme familiale. Être une seule famille signifie souvent dépasser son propre modèle et donner la préférence à l’absence du père ou de la mère la qualité de l’éducation . Rappelons que l’éducation de l’ex-ducere latin n’est pas le fait de laisser l’enfant dans un cadre, mais, au contraire, l’intrigue de l’élever et de le chasser.

De plus, le parent célibataire estsouvent imprégné d’un fort sentiment de culpabilité , compte tenu de ses décisions et de ses responsabilités seules . Il regrette de ne pas pouvoir offrir à ses enfants un père ou une mère. Mais ce qui est dans cette culpabilité parentale sur le jouer avec les besoins de l’enfant à être vu en soi.

L’ autre risque du parent « isolé » est de se sentir rapidement dépassés et confus dans la dualité de la femme, de la mère et du père. Par conséquent, il est important de sortir de la solitude, de penser à vous-même, d’accepter ses limites et de s’interroger sur la composition afin que les parents seuls ne soient pas toujours seuls dans l’éducation de leurs enfants.

En outre, en laissant l’isolement est déjà en mesure de l’exprimer et de trouver des interlocuteurs attentifs avec qui ils peuvent parler de ses difficultés et de ses doutes, afin d’éviter le silence et, dans ce silence, l’enracinement des plaies et des lacunes.

Si vous êtes un parent célibataire, vous devriez envisager sachez que vous pouvez bénéficier d’un soutien financier . Pas moins de 7 appareils pour soutenir les parents célibataires. Ils sont principalement décernés et payés par les FAC, mais d’autres organisations sont susceptibles de vous aider aussi.

Pour plus d’informations, lisez notre guide. En tant que parent célibataire, vous avez très probablement droit à plusieurs de ces allocations.

7 bénévoles pour les parents célibataires

Crédit photo : © Stock Unlimited

5 / 5 ( 1 vote )

Partager :