Jean-Michel Blanquer pointe les « difficultés » des élèves de primaire

5
Partager :

JEAN-MICHEL BLANQUER
J’assume complètement qu’il faut avoir plus de places pour les bacheliers professionnels lorsqu’ils veulent poursuivre leurs études, parce que rappelons que le bachelier professionnel, le bac professionnel c’est fait d’abord pour l’insertion professionnelle, et donc il ne faut pas perdre ça de vue. Pour corriger le tir, Jean-Michel Blanquer compte renforcer la formation initiale des enseignants (qui fait l’objet d’une réforme) et s’appuyer sur certaines mesures déjà prises, comme le dédoublement des classes de CP et CE1 dans l’éducation prioritaire. Selon des résultats provisoires, “23% des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent” et “8% ont des difficultés à reconnaître les nombres dictés”, indique le ministre au quotidien gratuit, dans un entretien diffusé dimanche.

Et si cette mesure s’est retrouvée dans le programme d’Emmanuel MACRON, c’est parce que, quand vous regardez différentes expériences dans le monde, vous voyez que c’est ça qui est efficace, et il y a u Prix Nobel d’économie qui a montré que quand vous dépensez 1 € à ces moment-là, c’est-à-dire dans les premiers âges de la vie, en réalité, vous économisez 8 € plus tard en dépenses diverses que vous n’avez plus à faire.

A voir aussi : Qu'est-ce qu'un fusible ? Comment le remplacer quand il est grillé ?

 
Inscrite au cœur du projet présidentiel, cette priorité s’est traduite très concrètement par le dédoublement des classes de CP en Rep+ dès la rentrée, grâce à l’engagement des maires. C’est à coup de « dictée quotidienne », nouvelle lubie du ministre, que Jean-Michel Blanquer compte résoudre les difficultés de compréhension de lecture – et non d’orthographe, de grammaire, ni même de lecture elle-même – des élèves de primaire. Consulter la note d’information “PIRLS 2016 – Évaluation internationale des élèves de CM1 en compréhension de l’écrit – Évolution des performances sur quinze ans”.

Nous devons pouvoir proposer aux élèves qui rencontrent le plus de difficultés des stages gratuits, du soutien scolaire gratuit (c’est aussi la philosophie de la mesure  Devoirs faits), et donc des stages de soutien la dernière semaine du mois d’août. UNE ANCIENNE SALARIEE EN EMPLOI AIDE
J’étais en contrat aidé dans une école maternelle et jeudi 31 août à 13 heures 30, sans aucun préavis ni entretien et dans une violence inouïe, la section académique m’a téléphoné pour que je ne me présente pas à mon poste de secrétaire le lendemain.

A lire en complément : Cours du cuivre 2018 : Prix du cuivre neuf et usagé au kilo

Cette pédagogie de la petite phrase, c’est un écran de fumée pour cacher les vrais sujets : les 20% de postes en moins au concours de recrutement du secondaire, le gel des budgets de l’éducation, la sélection à l’université, le gel du point d’indice, le rétablissement de la journée de carence, la réforme du bac et du lycée qui se dessinent…. Des mauvaises routes sont prises quand on cherche à créer de faux clivages par une certaine extrémisation de la pensée, alors que la bonne voie française est d’allier des éléments complémentaires de notre génie national. Les résultats scolaires des jeunes Français se situent dans la moyenne des pays de l’OCDE, mais l’Hexagone se distingue toujours par le poids des inégalités sociales sur les destins scolaires, selon la dernière enquête Pisa de l’OCDE publiée en décembre 2016.
Avec un score de 511 points, la France se situe au-delà de la moyenne internationale (500 points) mais en deçà de la moyenne européenne (540 points) et de celle de l’OCDE (541 points). L’écart des résultats scolaires entre les élèves issus d’un milieu social défavorisé et favorisé en France était parmi les plus importants, attestant, une nouvelle fois, des difficultés du système scolaire français à assurer l’égalité des chances.

A partir de 2021, nous en aurons fini avec les périodes de paralysie de certains établissements concentrés sur les épreuves du baccalauréat, avec des élèves non concernés par l’examen et qui se retrouvent en vacances dès la fin du mois de mai.

Vous nous disiez à l’instant que vous alliez profiter, vous répondiez à la question de Jean-Michel APHATIE, profiter de l’augmentation de votre budget pour créer des postes d’enseignant, notamment dans le primaire.

Oui, j’aime beaucoup ce que je fais, évidemment, sinon je ne l’aurais pas accepté, et je suis très heureux dans cette fonction, parce que j’ai le sentiment, et je sais que c’est le sentiment d’autres membres du gouvernement, si vous voulez, d’être en action, pour l’intérêt général, avec des idées claires, qui ont été affirmées pendant la campagne, donc qui ont une forte approbation, et aujourd’hui ce sentiment de pouvoir évoluer concrètement, dans le sens de l’intérêt général notre Education nationale, est évidemment quelque chose de très stimulant.

Cette étude n’est pas la première à mettre en exergue la baisse préoccupante des résultats des élèves français en matière de maîtrise de la langue. Ces résultats cohérents avec ce que nous indiquent les enquêtes internationales Pirls, Timms et Pisa, montrent donc des points de faiblesse qui ne sont pas irrémédiables, justement parce qu’ils sont repérés tôt. « Toutes les études des sciences cognitives de la lecture confirment l’importance de l’apprentissage systématique des relations entre les lettres et les sons » et donnent donc l’avantage à la méthode syllabique, confirme ainsi Olivier Houdé, directeur de recherches au CNRS.

 
Ainsi, nous mettrons à disposition un “état des lieux de la recherche” pour permettre d’appuyer l’enseignement de la lecture sur les résultats scientifiques les plus récents.

L’heure hebdomadaire que les professeurs des écoles utilisent pour des activités pédagogiques complémentaires (APC) sera entièrement consacrée à la compréhension de l’écrit. Si selon l’étude internationale PIRLS 2016, les élèves de CM1 de France ont des difficultés à comprendre ce qu’ils lisent, il semblerait que ce soit aussi le cas de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale, tant sa lecture du rapport déforme ce qui y est dit. > Cette année, l’échantillonnage n’a pas permis de distinguer les résultats entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne l’étaient pas.

Jean-Michel Blanquer place la rentrée sous le signe de la « justice sociale »

Si un employeur privé utilisait de telles méthodes, ce serait un scandale absolu, mais que l’Etat se permette de mépriser à ce point des humains en situation précaire certes, mais qui occupent des postes souvent stratégiques, ça ne choque personne. Il y a d’ailleurs une étude scientifique qui vient de sortir aujourd’hui, qui montre son efficacité quand ç’a été réalisé dans d’autres pays, et donc qui confirme le choix, la qualité du choix que l’on vient de faire. JEAN-MICHEL BLANQUER
Non, c’est normal puisque la réforme du baccalauréat va avoir un impact sur la classe de Terminale de 2020-2021, ensuite donc sur la classe de Première de 2019-2020, le cas échéant peut-être un peu sur la classe de Seconde.

Et moi en tant que ministre de l’Education nationale, je dois tenir compte de ce qui va se passer du point de vue des universités pour, en amont, évidemment mieux travailler à l’orientation des étudiants, des futurs étudiants. JEAN-MICHEL BLANQUER
Oui, bien sûr, des mesures de fermeture qui sont opératoires aujourd’hui et nous reverrons peut-être demain à la mi-journée, mais nous attendons évidemment ce qui va se passer pour savoir quand on pourra rouvrir et comment. On ne prend pas des mesures au doigt mouillé, on prend des mesures parce qu’il y a des études scientifiques qui nous montrent l’efficacité, soit par des expérimentations faites en France, soit parce que d’autres pays, il n’y a pas que nous dans le monde, font des choses intéressantes et qu’il faut savoir les regarder. Cela « place les élèves en situation de tenter de retrouver le sens des lettres non audibles (…) L’échange collectif clarifie la notion et permet de construire progressivement une justification grammaticale solide. À l’occasion de la présentation des résultats de PIRLS 2016 (Progress in International Reading Literacy Study), Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a tenu une conférence de presse, mardi 5 décembre. Nous éviterons la métropolisation en donnant plus d’importance aux départements, aux inspecteurs d’académie pour qu’ils puissent prendre les décisions au plus près du terrain.

En revanche, sur le plan qualitatif, nous devons progresser en assurant une meilleure formation de toute la communauté éducative et en affinant la prise en charge au plus près des besoins du terrain. (Source : Les effets bénéfiques d’une telle mesure sur les élèves ont été mesurées par Maryse Bianco, Pascal Bressoux, Marina Tual, Marc Gurgand, Suzanne Bellue et Fanny De La Haye, “Lire et apprendre au collège”, mars 2017). Très critiquées par les syndicats d’enseignants, ces évaluations en français et en mathématiques ont été lancées le 17 septembre pour plus de 1,6 million d’écoliers de CP et CE1. Dès le mois de mai 2017, un objectif clair a été fixé par le ministre de l’Éducation nationale : la maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) par tous les élèves à la fin du primaire. 24 – décembre 2017

L’étude internationale PIRLS 2016 mesure les performances en compréhension de l’écrit des élèves en fin de quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 pour la France). Depuis 2001, l’enquête PIRLS pilotée par l’IEA (International Association for the Evaluation of Education Achievement) évalue les performances en compréhension de l’écrit des élèves à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 pour la France) et permet de comparer les systèmes éducatifs de 50 pays afin d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage de la lecture partout dans le monde. – Recommandations sur la pratique quotidienne de la lecture à l’école élémentaire et au collège afin d’aider les professeurs à faire travailler les élèves sur les compétences de compréhension en lecture. Ce n’est pas une finalité en soi que d’augmenter les moyens, ce qui compte c’est d’avoir des politiques qualitatives, et au service de ces politiques qualitatives, d’augmenter les moyens, sinon on augmenterait les moyens en permanence, de façon éternelle.

Et donc c’est ce qu’il dit là, il dit : en fait, on devrait maintenant arriver à une forme de déflation des loyers, en tout cas avoir des loyers qui n’augmentent pas trop, même qui pourraient baisser, ce serait ça une véritable solidarité nationale, et surtout c’est une logique économique qui serait, pour le coup, vraiment au service des locataires.

Interview de M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale à France-Info le 6 septembre 2017, sur la rentrée scolaire et sociale, l’accueil des élèves et les effectifs en primaire. | vie-publique.fr | Discours publics

Depuis des décennies, la question de l’apprentissage de la lecture oppose en effet les tenants de la méthode globale – selon laquelle l’enfant doit reconnaître des mots – aux partisans de la méthode syllabique – le fameux « B-A, BA ».

Cette augmentation du taux d’encadrement permet de consacrer davantage de temps à chaque élève au moment où il commence l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, tremplin indispensable vers la réussite. Il sera, par exemple, recommandé de pratiquer la lecture à haute voix, d’entraîner les élèves à lire ou à réciter un texte littéraire devant un auditoire, de ménager des temps de lecture silen¬cieuse significatifs en classe, de favoriser des lectures longues et diversifiées, de varier la nature des textes.

« 23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent » et « 8 % ont des difficultés à reconnaître les nombres dictés », indique le ministre. C’est ce qui a été demandé aux préfets et aux recteurs, et ils y travaillent actuellement pour qu’au cas par cas, on résolve les problèmes que l’on vient d’entendre, mais aussi pour réfléchir sur la durée et le plus rapidement possible, évidemment, pour de nouveaux contrats. Dans quatre circulaires publiées le 26 avril au journal officiel et un guide de 130 pages, le ministère de l’éducation nationale énonce des recommandations pédagogiques pour « enseigner la lecture et l’écriture au CP ».

Evaluations: «En CE1, un élève sur deux a des difficultés en calcul mental», pointe Jean-Michel Blanquer

Selon des résultats provisoires, “23% des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent” et “8% ont des difficultés à reconnaître les nombres dictés”, indique le ministre au quotidien gratuit.

À l’échelle infradépartementale, les ressources humaines seront gérées en proximité pour mieux accompagner les personnels et leur évolution de carrière.
 
C’est pour cette raison que j’ai réuni un Conseil scientifique qui regroupe des chercheurs issus de disciplines variées et unanimement reconnus pour la qualité de leurs travaux. et donc j’en arrive à votre question, c’est ça qui va justifier plus de moyens puisque l’année prochaine, nous dédoublerons aussi les CE1 en Réseau d’éducation prioritaire renforcé, autrement dit, les enfants qui ont bénéficié cette année de ce dédoublement, continueront à en bénéficier l’année prochaine, et puis nous dédoublerons les classes de cours préparatoire en Réseau d’éducation prioritaire, en REP, et ça, aussi, évidemment, nécessitera des moyens supplémentaires. Je crains que du fait de la baisse des activités périscolaires que les villes doivent maintenant assumer, elles aillent pour des raisons budgétaires à la semaine de quatre jours et non pas pour des raisons j’allais dire pédagogiques.

Nous accordons beaucoup d’importance à cela parce que c’est la pointe avancée d’une politique générale à l’école primaire pour que tous les enfants partent avec des savoirs fondamentaux dans la vie.

Évaluations nationales: "un élève sur deux a des difficultés en calcul mental", dévoile Jean-Michel Blanquer

Au collège, les élèves dont les évaluations de novembre soulignent des faiblesses en compréhension de l’écrit auront au moins deux heures d’accompagnement personnalisé dédiées à cette compétence indispensable pour continuer leur scolarité dans de bonnes conditions.
Les enseignants français sont moins nombreux que leurs collègues européens à déclarer proposer à leurs élèves chaque semaine des activités susceptibles de développer leurs stratégies et leurs compétences en compréhension de l’écrit.

Nous instaurons un cadre de confiance avec une protection des données personnelles et une sensibilisation contre les mauvais usages comme le cyber-harcèlement, les sites violents ou pornographiques… Nous allons aussi apprendre à coder dès l’école primaire et créer au lycée la matière «sciences informatiques». Près d’un élève de CE1 sur deux a des “difficultés” en calcul mental, affirme le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer dans un entretien à 20 Minutes où il livre ce dimanche 14 octobre les premiers résultats des évaluations controversées menées dans les écoles.

Scammacca a recensé 67 études publiées entre 1980 et 2011 qui montrent l’efficacité d’un ensemble d’interventions sur les progrès des élèves faibles lecteurs. C’est une politique plus substantielle que de distribuer des tablettes comme la semeuse distribue le blé… La compétence numérique approfondie de nos élèves pourra ainsi se développer mais dans un sens humaniste. JEAN-MICHEL APHATIE
Ça choque un peu que l’on ne soit pas capable dans ce pays où la centralisation est une valeur, où l’égalité est une valeur plutôt, ça choque un peu que l’éducation nationale fasse deux poids, deux mesures. C’est un débat qui est crée dans l’enseignement supérieur, je ne vais pas aller sur des compétences qui ne sont pas les miennes et donc je laisse Frédérique VIDAL s’exprimer sur ce point, mais le débat que vous présentez existe bel et bien et il faut évidemment le regarder en face.

Le ministre de l’Education présente par ailleurs lundi au conseil supérieur de l’Education un projet de loi, qui vise notamment à rendre la scolarité obligatoire dès l’âge de trois ans à la rentrée 2019, contre six actuellement.
 
C’est précisément pour les soutenir, et pour aider les familles qui peuvent se sentir démunies que, dès le mois de mai dernier, j’ai souhaité donner une priorité absolue à l’école primaire et à la maîtrise par tous les élèves des savoirs fondamentaux.

 Par exemple, cette année, le nombre d’élèves qui ont placé l’apprentissage en premier choix à l’issue de la 3ème a augmenté de 45%. JEAN-MICHEL BLANQUER
Non non, mais je vais vous donner un ordre de grandeur, mais qui n’est qu’un ordre de grandeur, puisque par définition il faut travailler au plus près du terrain, en fonction des données démographiques, en fonction de toute une série de choses, donc on est dans des ordres de grandeur qui vont vers 4 000 postes, c’est de cet ordre-là.
Ces enquêtes traduisent des évolutions sur plusieurs années, mais l’enquête PIRLS de 2021 sera intéressante à regarder, puisqu’elle se penchera sur des CM1 qui auront bénéficié des classes dédoublées. Un tiers des communes environ ont choisi de revenir aux quatre jours et beaucoup qui disent que le service public doit être égalitaire sur le territoire, regrettent votre décision, Jean-Michel BLANQUER. « Parmi eux, 70 000 élèves ont formulé un vœux pour l’apprentissage, une augmentation de 40,5% par rapport à 2017, s’est réjoui Jean-Michel Blanquer, grâce à un important travail avec les principaux des collèges ». Très critiquées par les syndicats d’enseignants, ces évaluations en français et en mathématiques ont été lancées le 17 septembre pour plus de 1,6 million d’écoliers de CP et CE1. Elles permettent aux professeurs d’avoir une idée claire des compétences de leurs élèves comme de leurs éventuelles difficultés pour ajuster les enseignements au plus près de leurs besoins. Près d’un élève de CE1 sur deux a des “difficultés” en calcul mental, affirme le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer dans un entretien à 20 Minutes.

Jean-Michel Blanquer : "L’école forme des citoyens, pas des consommateurs"

JEAN-MICHEL APHATIE
Ça n’est pas directement dans votre champ de compétences mais vous pensez qu’on évitera la nécessité de sélectionner à l’entrée de l’université pour éviter que la sélection ne se fasse en première année de l’université . Non seulement les résultats de nos élèves sont en baisse mais ils sont également en baisse par rapport à ceux des autres pays européens qui ont participé à l’enquête. Aussi, l’acquisition des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) par tous les élèves de notre pays est un impératif au coeur des politiques d’éducation. Les résultats de l’enquête internationale PIRLS, qui mesure le niveau en compréhension de l’écrit des élèves de CM1, sont une nouvelle fois insatisfaisants. Par exemple, nous avons, en l’espace de trois mois, entre mai et septembre 2017, organisé le dédoublement des CP, mesure que l’on nous disait impossible à mettre en place. Pourtant, la durée annuelle consacrée à l’enseignement de la langue est considérée en France comme l’une des plus importantes parmi les pays de l’OCDE (selon l’étude PIRLS 2016 : 288 heures annuelles d’ensei¬gnement en France pour 236 heures en moyenne dans les autres pays européens). Il s’agit de construire un équilibre entre les services déconcentrés et le ministère qui continuera à donner le cap sur les enjeux fondamentaux, pédagogie, programmes, numérique, laïcité, les valeurs de la République.

JEAN-MICHEL APHATIE
Fondamentalement, certains vous reprochent, Jean-Michel BLANQUER, d’avoir participé dans un quinquennat ancien, celui de Nicolas SARKOZY, vous étiez directeur de l’Enseignement scolaire, et quand Luc CHATEL était ministre de l’Education, à la suppression un peu aveugle de postes d’enseignants à cette époque-là, puisqu’un départ sur trois à la retraite n’était pas remplacé. Nous devons aboutir à un système plus fin et plus raisonnable, notamment en milieu rural où l’Education nationale travaille avec les départements à maintenir les établissements malgré la forte baisse démographique.

Enfin, ce n’est pas la première fois qu’une étude internationale sur l’éducation se trouve ainsi déformée : sous la « gauche » d’Hollande cette fois, Vincent Peillon et Najat Vallaud Belkacem s’étaient également saisi du fameux rapport PISA évaluant les compétences de français et de mathématiques des élèves de 15 ans. Ce que je ne conçois pas, c’est qu’on qualifie la démarche de conservatrice, car il n’y a rien de plus progressiste que ce nous engageons, c’est le contraire du conservatisme. Le ministre de l’Éducation présente par ailleurs ce lundi 15 octobre au conseil supérieur de l’Éducation un projet de loi, qui vise notamment à rendre l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans à la rentrée 2019, contre six actuellement, afin de « mettre l’accent sur l’école maternelle ». A cet effet, le CAP « Accompagnement éducatif petite enfance », dont sont titulaires les Agents territoriaux spécialisés dans les écoles maternelles (Atsem), est amené à évoluer une nouvelle fois. Ces évaluations donnent aux enseignants une vision précise des compétences de chaque enfant en début d’année et leur fournissent un panorama de la classe, qui va les aider à programmer leurs séquences pédagogiques. Dès lors qu’il existe une adhésion locale, cela peut être une des réponses au consumérisme qui caractérise notre société et accentue les inégalités sociales jusque dans les cours de récréation. Le “temps d’engagement”, c’est le temps que l’élève passe sur une tâche à l’exclusion du temps consacré à la gestion de la classe et à la vie scolaire et du temps d’inattention de l’élève.

Partager :
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!